De la belle fantasy avec Chevauche-Brumes

Hellow le plancton,

Une lecture de fantasy bien épique comme on aime, ça vous dit ? Je vous donne alors rendez-vous avec Chevauche-Brumes de Thibaud Latil-Nicolas, paru aux éditions Mnémos, qui nous livre un premier roman réussi. La suite est d’ailleurs sortie il y a peu (aka Les flots sombres) et je compte bien la lire également.

Je l’ai lu en version numérique, dans le cadre de ma participation au prix des bibliothécaires des Imaginales.

Chevauche-Brumes nous plonge dans le Bleu Royaume, où une brume mystérieuse marque la frontière nord du pays. Pourtant présente depuis toujours, cette brume gagne de plus en plus de terrain et des créatures en émergent, semant le chaos dans les villages l’environnant. La neuvième compagnie du Roy est alors envoyée sur le terrain pour mettre un terme à cette brume, accompagnée de guerrières doryactes et d’un mage chargé d’analyser le problème.

Des personnages hauts en couleur

Ce qui m’a plu dans ce livre, c’est avant tout la multitude de personnages hauts en couleur qui composent la neuvième compagnie. Une grande humanité se dégage des troupes avec des petits moments de tension, d’humour mais aussi de franche camaraderie. J’ai aimé qu’on s’intéresse à toutes sortes de personnages différents, du plus couard au plus courageux. On peut s’y perdre un peu au départ avec cette foule de personnages mais ils valent franchement la peine. J’ai beaucoup aimé aussi la présence des cavalières doryactes qui font la part belle aux personnages féminins, ce qui n’est pas toujours le cas dans les récits du genre. Vraiment, j’ai pris beaucoup de plaisir en compagnie de toutes ces diverses personnalités.

Vous autres, fils des batailles, partez au combat en craignant d’être tués, blessés, perdus. Nous, femmes de Longemar, risquons la capture, la souillure, le rejet, le mépris de ceux qui pensent que le combat n’est qu’une affaire de muscles. Mais nous agissons de la sorte parce que nous voulons assumer les mêmes responsabilités que les vôtres et, de ce fait, obtenir les mêmes droits et la même reconnaissance. Nous ne voulons pas être celles qui pleurent et qui geignent quand on renverse sur la paille. Nous porterons le fer là où on nous le demandera, avec toute la vigueur nécessaire. Alors ne craignez pas que nous reculions devant quelques flocons de neige et les morsures de blizzard. Nous saurons tenir.

On va droit à l’essentiel

Chevauche-Brumes est un roman assez court mais on en savoure d’autant plus les pages. L’univers du Bleu Royaume a des fondations solides, est bien posé sans pour autant nous imposer 600 pages de description. Et j’ai trouvé ça plutôt cool ! Le récit est bien amené, on ne s’ennuie pas une minute et on ne perd pas de temps en blabla inutiles. Je trouve que justement, tout est fait pour nous mettre bien en appétit et nous donner envie d’une suite.

Des retournements de situation

Bien que le résumé de l’histoire peut sembler classique dans le genre, le déroulement des événements ne l’est pas du tout. Je m’attendais à certains enchaînement de situation qui ne sont pas du tout arrivés et j’ai été surprise de façon positive dans ma lecture. Du genre « Ah, ça je l’avais pas vu venir ! » ! Le récit est bien ficelé. Cet univers, on y croit très vite.

Je rajouterais aussi qu’il y a des nombreuses notes d’humour qui m’ont beaucoup fait rire pendant ma lecture. On est dans un récit épique mais détendu !

*****

Amusante, passionnante, riche…vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé cette immersion dans le Bleu Royaume et je suis prête à y retourner. Quand j’ai fermé le livre, j’ai été prise d’un grand sentiment de satisfaction, heureuse d’avoir vécu un bon moment dans des contrées légendaires. C’est en général, tout ce que j’attends d’un récit, qu’il me fasse vivre des événements épiques, bien loin de notre réalité.

 

 

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :