Mers mortes d’Aurélie Wellenstein : une lecture mitigée

Bonjour la faune marine,

Je viens vous parler de ma dernière lecture, lue dans le cadre des Imaginales, comme pour Les Furtifs d’Alain Damasio.

J’ai donc enchaîné avec Mers mortes d’Aurélie Wellenstein. Et bien que je salue l’imagination du bouquin, son engagement pour la protection des océans et sa sublime couverture, ma lecture a été gâchée par plusieurs éléments.

L’intrigue m’avait pourtant bien mise en appétit. Dans un futur apocalyptique, Oural est un jeune exorciste qui protège son peuple de l’attaque vengeresse des spectres des océans. Ces fantômes se nourrissent de l’âme des humains car leurs bêtises ont fini par assécher toutes les eaux de la terre. Un jour, un pirate nommé Bengale et sa bande, débarquent et enlèvent Oural pour profiter de ses talents d’exorciste. Ils l’emmènent dans un long périple sur les spectres des marées, contre sa volonté.

 

Des personnages difficiles à cerner

Premier gros problème lors de ma lecture : je n’ai eu aucune empathie pour les personnages. Je trouvais qu’ils étaient tous déplaisants dans leurs comportements. Et certains comme Bengale ou Oural me semblaient carrément bipolaires. Je suis peut-être passée à côté de l’essence de ces personnages mais pour moi, on reste à leur surface. Du coup, lorsque des relations se développent entre eux, elles semblent tout droit sorties de nulle part. Le comportement de Oural, en particulier, est énervant : quand dans un paragraphe, il déteste son kidnappeur, le paragraphe d’après, il le kiffe trop et voudrait le serrer dans les bras. Et c’est comme ça pendant tout le livre, sans qu’on ne comprenne vraiment pourquoi il change autant d’avis. Au vu de son histoire, de ce qui arrive à ses proches, son comportement tout le long du livre semble totalement improbable. Une fois que je me suis concentrée là-dessus, je n’ai plus pu avoir de sollicitude pour lui et tous ses comportements ont fini par m’embêter. Une lecture où l’on apprécie aucun personnage, c’est vraiment pénible.

Une narration un rien répétitive

Le système des marées de spectre qui reviennent chaque nuit m’a gêné dans la narration que j’ai fini par trouver redondante. Sans compter que le héros, Oural, se met à faire toute une série de cauchemars qui reviennent, chaque fois en début de chapitre…Cela m’a gêné.

La morale : tous des *#@i!cld

Je suis une fervente partisane de la protection de nos océans mais la vision un peu manichéenne du problème, présenté dans Mers mortes, m’a tout de même dérangé. Il s’agit bien sûr d’une fiction mais je ne pouvais m’empêcher de hausser les sourcils quand je lisais des passages où l’homme est présenté comme un gros tortionnaire qui prend plaisir à faire souffrir les créatures marines. J’espère que ce n’est pas le cas et que tous les pêcheurs de ce monde ne sont pas des psychopathes qui se marrent à chaque prise qu’ils font. Je comprends totalement le message qu’a voulu faire passer l’auteure mais je trouvais qu’il manquait de nuances, de réalisme. Le message était trop facilement résumé.

Une quête principale un peu floue et quelques clichés

Pour terminer, je trouve que la quête principale manque un peu d’explication. Sans en dire trop, une action est nécessaire pour rétablir l’ordre et sauver les océans mais je trouve que le pourquoi du comment et qui la demande n’est pas assez développé.

Par ailleurs, le récit n’échappe pas à quelques clichés qui m’ont fait sourire comme par exemple la « camaraderie virile » représentée par le partage d’une bouteille de whisky ou encore le seul spectre « gentil » qui est un dauphin. Bah oui. Ça allait pas être un requin, voyons. Dommage ^^

La fin néanmoins est assez poétique et a relevé un peu de mon intérêt. Mais cela n’a pas empêché que je sorte de cette lecture, vraiment déçue. Je pense que c’est parce que ce sujet me tient très fort à coeur et que j’en attendais plus. Si je m’étais attachée aux personnages (principalement Bengale et Oural), je n’aurais pas vécu ma lecture de la même façon. Mais pour le coup, je suis vraiment passée à côté. Un gros flop pour moi, que je ne m’explique pas, étant plutôt bon public.

Et vous, quel est votre avis si vous avez lu ce livre ? ☺

 

 

 

 

No Comments

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :