Parasite : le grand gagnant des Oscars

Palme d’or à Cannes, lauréat historique de l’Oscar du meilleur film mais aussi du meilleur scénario et du meilleur réalisateur, Parasite a fait grand bruit ces dernières semaines.

Ce ramdam a fini par m’interpeller et m’emmener dans les salles obscures. À part qu’il s’agissait d’un film coréen du réalisateur Joon-Ho Bong dont j’avais déjà pu découvrir le travail avec Snowpiercer, le transperce-neige, je ne savais pas grand-chose. J’avais juste vu l’affiche du film, très intrigante.

Le pitch

Nous suivons une famille coréenne, vivant dans un appartement insalubre et misérable et dont les deux parents sont au chômage. Aidés de leurs enfants qui ont mis entre parenthèse leurs études, ils essaient tant bien que mal de joindre les deux bouts en acceptant des jobs payés une misère. Un jour, le fils reçoit la visite d’un ami étudiant qui lui propose un job de professeur d’anglais auprès d’une famille très aisée vivant dans les beaux quartiers de la ville. Ki-Woo accepte le job et essaie de faire rentrer le reste de sa famille au service de la famille Park afin de sortir de la misère. Mais les choses se compliquent petit à petit pour la famille qui voient leur plan contrarié par des éléments perturbateurs…

Trois films en un

Ce qui est déroutant dans un premier temps mais original dans un second, c’est que Parasite n’est pas juste un seul film. Comédie légère pendant tout le début de l’histoire, le film devient de plus en plus sombre et inquiétant et c’est un genre dont on n’a pas l’habitude. Passer du rire à la surprise puis au thriller est un exercice périlleux mais savamment réussi par Joon-Ho Bong. On rigole, donc, pendant un long moment, oubliant presque la misère qui frappe la famille à la base mais on nous ramène les pieds sur terre progressivement. La famille elle-même semble dans le déni de sa situation. Du coup, on passe brillamment par toutes leurs émotions. Et c’est assez magistral. L’univers du film évolue donc au fur et à mesure et au final, on a cette impression de trois films en un.

Une réalisation soignée

Meilleur réalisateur, Joon-Ho Bong n’a pas volé son titre. J’ai adoré la réalisation de ce film où tout est très soigné et pensé. La maison des Park est ingénieuse et devient presque un personnage à elle seule. Les plans sont travaillés et très esthétiques tout en étant très épuré. Le casting est hyper bien choisi également. On croit dur comme fer à chaque personnage.

Joon-Ho Bong dénonce les injustices sociales à travers son film. Mais il le fait tout en retenue, subtilement. Les détails appuient son propos notamment la maison des Park vers laquelle « on monte » constamment pour y aller et la maison de la famille pauvre, qui est, elle, au plus bas. Du coup, la famille passe de l’une à l’autre en montant ou descendant, ce qui appuie le propos tout en finesse. Tout est nuancé. Oui, certains personnages ont des aspects moins agréables mais il n’y a clairement pas de gentils ou de méchants. On comprend les situations de tous les personnages et on comprend du coup toutes leurs actions, bonnes ou mauvaises. Leurs conditions de vie les menant tous à mener des choix. On ne déteste personne et on n’adore personne en particulier. Tout en passant par toutes les émotions des personnages et en éprouvant de l’empathie, on reste neutre en tant que spectateur. C’eut été très facile de créer des riches détestables et des pauvres adorables mais tout est beaucoup plus nuancé que cela.

Le suspens est bien présent pendant tout le film. On se demande sans cesse ce qu’il va se passer et tout est imprévisible et bien imaginé ! On est scotché tout le long.

En conclusion

J’ai été complètement happée et surprise par Parasite. Il est certain que c’est un film qui marque les esprits et dont on se souviendra longtemps. Personnellement, j’ai adoré mon visionnage et je suis sortie de ma séance remuée positivement. Il est clair que ce genre de cinéma est une expérience en soi. C’est du vrai cinéma quoi. C’est pas juste un film à voir et qu’on oublie aussitôt. Je le conseille donc à tous les cinéphiles qui cherchent à être surpris et à changer d’air 😀 

Pour moi, les récompenses sont donc bien méritées ! Et je pense essayer de découvrir davantage les films de ce réalisateur (notamment Okja qui est dans ma wishlist Netflix depuis un moment!).

Vous l’avez vu, vous ? Ça vous donne envie ? ☺

 

4 Comments

  • Kimysmile 17 février 2020 at 10 h 02 min

    ça me donne envie, c’est clair!!

    Reply
  • Royaume des histoires 17 février 2020 at 10 h 49 min

    Je rejoins complètement ton avis ! J’ai été happée du début à la fin par l’histoire et les personnages. C’est un film à l’esthétique réfléchit et qui laisse une trace, un peu comme Snowpiercer au final (mais j’ai préféré Parasite). Je vais aussi me regarder Okja dans la semaine je pense 🙂

    Reply
  • Audrey 18 février 2020 at 11 h 19 min

    Je ne l’ai pas vu mais je me laisserai peut être tentée !
    merci pour ton avis
    des bisous
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

    Reply
    • Hellow Submarine 20 février 2020 at 7 h 54 min

      Merci pour ta visite !

      Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :