« J’étais là » ou séquence émotions au programme !

img_8110-768x1024On ne peut pas dire que Gayle Forman se casse la tête pour trouver des titres originaux à ses romans. Après Si je reste ou Là où j’irai, un autre titre est venu remplir ma bibliothèque : J’étais là. Les dernières fois que j’ai eu un Gayle Forman entre les mains, j’ai été conquise. Et ce fut encore le cas cette fois.

Paru en 2015 chez Hachette puis au Livre de Poche, J’étais là aborde une fois de plus un thème ultra joyeux (*sarcasm*). Nous suivons Cody, une jeune fille résidant à Plouc-la-ville qui se retrouve confrontée au suicide de sa meilleure amie et cherche à découvrir ce qui l’a amené à ce geste fatal. Meg était si pétillante et pleine de vie ! Elle n’hésite donc pas à mener son enquête quand les parents de sa meilleure amie la charge d’aller récupérer ses affaires à Seattle. Démarre alors une enquête pour comprendre…et je n’en dirai pas plus.

L’histoire était bien construite et passionnante. Dans les 3/4 du livre, j’avais parfois l’impression d’être dans un roman policier où l’enquêtrice enquête sur un meurtre. On a absolument envie de savoir ce que Cody va finir par découvrir et du coup, on est tenu en haleine. Dans la dernière partie…on est en plein dans le deuil, les sentiments, les remises en questions…et on en ressort pas totalement indemne.

La vie peut être dure, belle et compliquée, mais on est en droit d’espérer qu’elle sera longue. Alors, vous verrez qu’elle est imprévisible, que des périodes noires se produisent mais s’apaisent – parfois avec beaucoup de soutien – et que les tunnels s’élargissent, ce qui permet au soleil de revenir. Si vous êtes dans l’obscurité, vous aurez peut-être l’impression que vous n’en sortirez jamais. Que vous tâtonnerez. Seul. Mais ce n’est pas vrai. Il existe des gens susceptibles de vous permettre de retrouver la lumière.

Ce que j’aime chez Gayle Forman, c’est sa façon de nous immerger totalement dans les émotions de ses personnages. Elle partage cela à merveille et peu de livres ont réussi à autant m’émouvoir que les siens car c’était déjà le cas avec les 2 autres romans présents dans ma bibliothèque. J’en ai même versé une petite larme dans le train, devant des navetteurs qui ont du se dire que j’étais une petite malheureuse. MAIS NAN, ÉMUE j’étais !

GIF-Sad

Je conclus cet article de la même façon que je l’ai commencé : je suis conquise. Vraiment. Alors si vous voulez vous faire une petite séquence émotions en lisant un bon livre, je vous recommanderais tout simplement celui-ci.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Comment

  • Kimysmile 21 avril 2016 at 8 h 18 min

    La citation est vraiment trop belle. ça donne envie!

    Reply

Leave a Comment

%d blogueurs aiment cette page :