L’enchâssement (Livre) – Critique

EnchâssementL’enchâssement est un livre de science-fiction écrit par Ian Watson paru à la base en 1973. La maison d’édition Le Bélial’ en a fait une jolie réédition cette année, qui m’a été envoyée via l’opération masse critique de Babelio.

Plusieurs histoires se confondent dans ce roman SF atypique consacré à la linguistique. Un scientifique qui étudie le langage enchâssé (voir plus loin) sur des cobayes enfants, une rencontre avec des extra-terrestres, un ethnologue qui vit avec le peuple indien xemoah et étudie une langue qui existe uniquement lorsqu’une drogue sacrée est consommée…

Pfiou ! Je vous l’annonce tout de suite : il faut bien s’accrocher pour suivre toutes ces histoires qui s’entremêlent. J’ai essayé, vraiment, mais je n’ai pas réussi à rentrer dans ce bouquin.

Mon grand problème étant mon incompréhension sur la notion centrale du bouquin à savoir le langage enchâssé (d’où le titre L’enchâssement). Soit, la notion n’est pas très bien amenée, soit, c’est moi qui ne suis pas assez familiarisée avec les notions de linguistique que pour vraiment la comprendre. Il s’agirait – de ce que j’ai compris – d’une autre forme de langage qui permet de dire les choses de la façon la plus simple, claire et instantanée. Mais cela reste très abstrait malgré tout et même si on en parle et tente de l’expliquer, ça manque de concret, d’exemples.

Dommage car certains éléments de l’histoire m’ont plu comme notamment le personnage de Chris Sole, ce scientifique qui se prend d’affection pour les enfants qu’il utilise pour ses expériences. Le vrai héros du roman à mon sens.

C’est juste qu’à un moment donné, même si j’essayais de rester concentrée, je finissais irrémédiablement par décrocher. Ce livre est trop poussé pour moi et même au delà de ça, l’histoire ne m’a pas plus emballée que ça. J’attendais que ça décolle, qu’il se passe quelque chose qui éveille mon attention et en arrivant à la fin du bouquin, je me suis rendue compte que ça ne venait pas et que je finissais par perdre mon temps.

Certains moments étaient très crus (pour ceux qui ont lu : le bébé et le kayapi m’ont laissé…écoeurée). Donc ennui + dégoût ne font pas bon ménage dans une lecture.

Je ne peux par contre pas dire que le livre était mal écrit. Je pense juste qu’il n’est pas à la portée de tous. J’attends impatiemment que mon ouistitiancé le lise pour me dire ce qu’il en pense et s’il a mieux compris que moi. Si vous l’avez lu aussi, j’attends vos avis !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

No Comments

Leave a Comment

%d blogueurs aiment cette page :