Le coin des primates #1 : Des chuchotis dans la nuit (ou le douroucouli)

Pour mon premier article, je me suis senti « obligé » de parler de singe. Régulièrement, je vous présenterai un singe atypique (mais après tout, ne le sont-ils pas tous ?), ou de singe célèbre.

Pour commencer, je vais vous parler du seul singe nocturne au monde : le douroucouli ou singe-hibou. Vu que je vénère les primates et que ma chérie adore les chouettes et hiboux, cet animal est tout indiqué pour être notre symbole. Nous avons d’ailleurs baptisé notre logis le « doux roucoulis » en son honneur.

Son nom scientifique est Aotus, ce qui signifie « Sans oreille ». Mais il est connu sous plusieurs noms, dont douroucouli, nyctipithèque (singe nocturne) ou encore singe-hibou. Le nom « douroucouli » a été donné en raison de ses cris, qui comportent une cinquantaine de variantes, certains ressemblant aux rugissements du jaguar. La puissance de sa « voix » est disproportionnée par rapport à la petite taille de l’animal.

Il existe plusieurs espèces légèrement différentes.

Sa principale singularité est donc, comme je l’ai dit, le fait qu’il vit la nuit. En cela, il ressemble aux prosimiens (dont font partie les lémuriens), autres primates. Etrangement, la vision du douroucouli n’est apparemment pas parfaitement adaptée à la nuit noire car il a besoin de la lumière de la lune pour chasser. Il aurait évolué ainsi pour  se protéger des prédateurs, mais également pour éviter la concurrence avec d’autres espèces de singes. La journée, les douroucoulis se roulent en boule, par groupe, dans des troncs d’arbres.

Autre caractéristique qui fait de ce singe une curiosité, sa queue n’est pas préhensile, contrairement à tous les autres singes du Nouveau Monde (c-à-d l’Amérique). Cela signifie qu’il ne sait pas s’en servir comme d’un cinquième membre pour s’accrocher aux branches.

Il ne fait (heureusement) pas partie des espèces menacées et semble nombreux dans les jungles d’Amérique centrale et du sud. Hélas, comme pour beaucoup d’espèces, la déforestation pourrait, à terme, être une réelle menace pour lui. Il reste un animal peu connu, entre autres parce qu’il ne supporte pas bien la captivité.

Carte d’identité

Taille : Entre 24 et 37 cm sans la queue. Cette dernière peut être aussi longue que son corps.

Poids : Entre 600 g et 1 kg.

Alimentation : Omnivore. Il mange surtout des insectes et des fruits.

Lieu de vie : En Amérique du sud, à l’est de la Cordillère des Andes. Dans la forêt tropicale.

Vie sociale : Animal très social, il vit en groupe

Où en voir en Belgique ?

Avec ma chouette d’amour, nous avons eu l’occasion d’en admirer au parc animalier de Bouillon. Je ne sais pas si c’est le seul parc proposant de voir des douroucoulis mais il s’agit d’un endroit agréable à visiter. Bien sûr c’est toujours un peu triste de voir des animaux en captivité mais dans cet endroit, les animaux semblent bien traités. On peut y voir plusieurs races de primates.

 

Photo prise lors de notre visite à Bouillon.

Photo prise lors de notre visite à Bouillon.

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Comments

  • Kimysmile 26 novembre 2015 at 8 h 53 min

    Quel joli symbole d’amour !
    Très chouette premier article Guigui ! Vite le suivant ^^

    Reply
    • Ouistiguigui 26 novembre 2015 at 15 h 34 min

      Merci beaucoup ! Je vais avoir la pression du coup 😉

      Reply
  • Marmoutre 30 novembre 2015 at 15 h 57 min

    Je me demande si je n’ai pas vu cette espèce à Pairi daiza 🙂
    Ce serait sans doute intéressant, de faire un article sur les espèces menacées, que nous soyons sensibilisés à ces menaces de disparition !

    Reply
  • Ouistiguigui 2 décembre 2015 at 12 h 42 min

    C’est vrai que se serait intéressant. Je vais voir si je sais mettre ça à mon planning 😉

    Reply

Leave a Comment

%d blogueurs aiment cette page :